Moi


Winter can be hair-raising

Travail

Pour les specialistes

Je travaille principalement en phonologie expérimentale. Je m’intéresse à la distinction entre les propriétés planifiées et non-planifiées de la parole, surtout tout ce qui touche à l’assimilation. L’une de mes passions est la nasalité vocalique: Comment expliquer des patterns de nasalisation sensibles à l’aperture lorsque le couplage nasal touche différemment les apertures différentes, parfois de manières contradictoires? Dans ce but, je me suis servi dans mes études de données acoustiques (nasométriques) et j’ai collaboré avec d’autres chercheurs pour apporter des évidences articulatoires (ultrasonores). J’explore aussi une nouvelle mesure de nasalité vocalique, le Differential Energy Ratio. Parmi les autres phénomènes auxquels je m’intéresse, beaucoup touchent le français québécois, dont l’affrication, la désonorisation et le relâchement vocalique.

Mes travaux plus théoriques et les plus récents portent sur la sonorité. D’abord, je cherche à éclairer la question de la sonorité des voyelles nasales, à l’intérieur de la classe elle-même et par rapport aux autres types de segments, en particulier les voyelles orales. Ensuite, j’examine l’apport de la sonorité des attaques dans les langues dogon (notamment en ce qui concerne les consonnes liquides) et le rapport de ces dernières avec la prosodie de ces langues.

Enfin, j’étends mes recherches aux données Twitter, avec une insistance particulière sur l’usage du langage (et de langues) dans la société québécoise.

Pour les non-specialistes

Heureux de vous retrouver ici! Mes travaux portent principalement sur les sons — non seulement sur leurs propriétés physiques, mais aussi sur leurs interactions entre eux et leurs représentations possibles à un niveau plus abstrait. Il existe certains faits de prononciation que les locuteurs/trices d’une langue appliquent à leur insu et il est parfois difficile de les dissocier de contraintes physiques qui seraient plus ou moins obligatoires. C’est là où interviennent mes recherches expérimentales.

Je possède les compétences pour prononcer des conférences publiques sur la prononciation de l’anglais et de certains aspects du français (européen ou québécois), bien que je ne sois évidemment pas locuteur natif de celui-ci.

La vraie vie

Vivant désormais au Canada, je suis né aux États-Unis (Kansas City) et j’ai depuis très longtemps une passion pour les langues. J’ai commencé à apprendre le français au lycée, ainsi que le latin et le grec. J’ai poursuivi mes études sur le sujet à l’université, avant de m’orienter vers la linguistique. Quand je ne fais pas le geek sur ce qui touche les langues, je suis amoureux de la cuisine